Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

23 février 2022 3 23 /02 /février /2022 13:24

 

 

Dans mon article sur l'inflation, j'avais montré combien ce phénomène provoque l'hystérie des possédants, alors qu'ils ne sont pas les plus à plaindre. Je voudrais aujourd'hui revenir brièvement sur l'augmentation globale des richesses, que les gouvernements voient un peu trop vite comme le signe d'une reprise forte de l'économie.

 

L’augmentation globale des richesses

 

Comme le fait Patrick Artus, nous appelons ici richesse la somme de la monnaie M2, des bons du Trésor, des certificats de dépôt, des billets de trésorerie et certificats de dépôts, de la valeur de marché des obligations, de la capitalisation boursière, de la richesse immobilière. Le graphique ci-dessous montre que cette richesse globale rapportée au PIB augmente tendanciellement dans l'OCDE :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Et les politiques monétaires ultra-expansionnistes menées par les Banques centrales ne peuvent qu'alimenter cette tendance, en ce qu'elles réduisent (artificiellement) les primes de risque et les taux d'intérêt et poussent ainsi les investisseurs à envahir certaines classes d'actifs, d'où une hausse des cours soutenant la richesse.

 

Économie en berne

 

Dans une certaine vision de l'économie, d'aucuns s'attendaient à ce que la hausse des richesses s'accompagne d'effets favorables à l'économie : hausse de la consommation et hausse de l'investissement. Or, globalement, il n'en a rien été. En d'autres termes, la richesse totale augmente au moment où l'économie est au plus mal :

 

 * l'investissement (ici des ménages) n'en profite pas ;

 

 

[ Source : Natixis ]

 

 * les prévisions de croissance sont en berne dans la plupart des pays ;

 

 

[ Source : FMI ]

 

 * les inégalités de patrimoine s'aggravent, les uns possédant des actifs financiers et immobiliers qui prennent de la valeur, les autres ne possédant quasiment rien à faire fructifier ; ci-dessous, la situation en France en 2018 ;

 

 

[ Source : Insee ]

 

 * le sort de l'immense majorité des personnes ne s'améliore pas, d'où une déstructuration sociale et politique (crise n'est pas le bon mot, car le phénomène s'amplifie...) ; seuls quelques politiques se persuadent encore que le reliquat d'onction démocratique obtenue aux élections leur assure une véritable légitimité ; le peu d'intérêt suscité par l’élection présidentielle en France en est du reste un symptôme manifeste.

 

Bref, la hausse des richesses est loin de s'accompagner de la prospérité pour tous ! Elle n'est pas seulement le signe d'une économie malade, mais d'une société qui s'effondre...

 

P.S. L'image de ce billet provient de cet article de l'Union.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Archives