Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

30 mai 2022 1 30 /05 /mai /2022 13:30

 

 

Avant la guerre en Ukraine, un journaliste me demandait si le dollar pouvait perdre sa place prédominante au profit de l'euro. Cela m'a semblé un bon point de départ pour rappeler quelques faits (déjà souvent abordés sur mon blog) sur le "privilège exorbitant du dollar", qui est à la fois économique et politique.

 

Le dollar comme monnaie internationale

 

Malgré l'estocade portée par Richard Nixon au système monétaire international issu de Bretton Woods en 1971, le dollar a conservé sa place dominante dans les opérations commerciales et financières mondiales :

 

 

[ Source : IFRI ]

 

Et même si la part des réserves de change en devises libellées en dollar est en baisse depuis les années 1970, où elle atteignait 80 %, le dollar demeure qu'on le veuille ou non la principale monnaie de réserve :

Infographie: Le dollar reste la reine des monnaies | Statista Vous trouverez plus d'infographie sur Statista

Le privilège exorbitant du dollar

 

Alors ministre de l'Économie et des Finances, Valéry Giscard d'Estaing déplorait en 1964 le "pouvoir exorbitant du dollar", qui permettait - et permet toujours ! - aux États-Unis de s'endetter à des niveaux stratosphériques sans risquer (jusque-là) de crise. Le général de Gaulle ne disait pas autre chose en 1965, même si l'idée de revenir à une forme d'étalon-or n'était pas une bonne idée comme je l'ai expliqué dans ce billet :

Barry Eichengreen, professeur d'économie et de science politique à l'université Berkeley, a repris cette question dans un livre passionnant intitulé Un privilège exorbitant. Il y explique outre ce que je viens de rappeler plus haut, que le dollar permet in fine aux ménages américains de vivre structurellement au-dessus de leurs moyens, parce que les investisseurs du monde entier sont friands de titres de dettes libellés en dollars !

 

En particulier, les États-Unis fournissent au reste du Monde une dette sans risque, sous forme de Treasury Bond (bons du Trésor) :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

En définitive, d’aucuns affirment qu'au vu des conditions actuelles, le dollar devrait perdre son statut de monnaie de réserve internationale conformément au célèbre dilemme de Triffin : les États-Unis abusent de ce rôle du dollar pour s'endetter excessivement avec très peu d'épargne, ce qui dégrade à terme la qualité de la monnaie et conduit à la perte de son hégémonie.

 

Or, depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, il ne fait plus aucun doute que les pays membres de l'OTAN cherchent l'appui des États-Unis (le "parapluie américain") et non celui de l'UE, quand bien même Emmanuel Macron s'acharne-t-il à apparaître comme le sauveur européen. De facto, cela assure aux États-Unis une suprématie politico-économique, qu'il devient difficile de contester en ces temps troubles... Ainsi, le dollar demeurera, encore pour un moment, la devise clé des échanges internationaux, surtout depuis que les échanges bancaires via SWIFT ont été passablement secoués...

 

Quant à l'euro, pour qu'il puisse un jour subvertir la domination du dollar, encore faudrait-il qu'il existe une dette publique unique pour l'ensemble de la zone euro. Une proposition complexe, mais astucieuse, vient notamment d'être faite par Massimo Amato dans une tribune du Monde.

 

Certes, les cryptomonnaies du type Bitcoin, Ethereum sont en embuscade pour détrôner le dollar, mais les questions qu'elles soulèvent sont encore suffisamment nombreuses et complexes (volatilité, opacité, sécurité...) pour en limiter l'adoption à très grande échelle. En revanche, les monnaies numériques de Banques centrales ne manqueront pas de faire parler d'elles dans la course à la suprématie monétaire mondiale, la Chine ayant pris une bonne longueur d'avance avec son e-yuan. J'aurai d'ailleurs l'occasion d'y revenir dans un prochain billet.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Archives