Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 14:13

Chez EDF ça commence visiblement ainsi :


                         [ Cliquer pour agrandir ]

Souvez-vous : il s'agissait de prêter de l'argent à EDF en achetant des obligations de la société entre le 17 juin et  10 juillet rémunérées 4,5 % brut par an pendant 5 ans pour un nominal de 1 000 euros. Rappelons, à tout hasard, que si vous avez encore une quelconque confiance dans le système de notation financière, alors ce placement était loin d'être le meilleur de sa gamme : l'emprunt obligataire EDF était notée A+  tout comme celui de Swiss Ré. Sauf que ce dernier rapporte 6,1 % sur le même horizon... Il y a d'ailleurs des obligations d'Etat, mieux notées mais sur une durée plus longue qui rapportent plus. Il n'empêche, l'opération fut un tel succès que le placement s'est achevé le lundi 6 juillet (avec 4 jours d'avance donc !), ce qui a permis à l'électricien de collecter 3,2 milliards d'euros auprès de 251 000 souscripteurs. Et en moyenne, les Français ont acheté pour 12 700 euros de titres ! Certains médias se sont sentis obligés d'appeler cela du "patriotisme économique" ou même "un retour à l'intérêt général"... Que ne faut-il pas entendre en période de crise ! Et si tout simplement les investisseurs étaient à la recherche d'un placement national rémunérateur et rassurant à leurs yeux ?


Cela se poursuit de la sorte, ce qui est bien le minimum au vu des chiffres évoqués précédemment :


                            [ Cliquer pour agrandir ]


Et se conclut ainsi sur la facture d'électricité :



Pierre Gadonneix, PDG d'EDF, a en effet déclaré dans un entretien publié mercredi sur le site Internet de l'hebdomadaire Paris Match (décidément, c'est devenu un magazine très économico-politique...) : "Pour cesser de nous endetter, il faudrait une hausse de 20 % des tarifs. Mais elle peut s'étaler sur trois ans, par exemple, ou même un peu plus". Et il prend ensuite un ton comminatoire pour nous annoncer que "si nos tarifs n'augmentent pas, l'an prochain EDF réduit ses investissements". Depuis, c'est une volée de bois vert qui s'abat sur le président d'EDF : d'un côté l'entreprise emprunte et remercie chaleureusement les investisseurs, de l'autre elle annonce vouloir augmenter le prix de l'électricité à un moment où le pouvoir d'achat a pris une hauteur élyséenne... C'est certainement l'effet Kiss cool :



Petit rappel tout de même : EDF et l'Etat ont signé en octobre 2005 un contrat de service public. Il garantit jusqu'en 2010 une augmentation des tarifs de l'électricité qui ne peut dépasser le niveau de l'inflation pour les particuliers. Au sujet de l'investissement, EDF prévoit d'investir 7,5 milliards d'euros en France en 2009, soit 2,5 milliards de plus qu'en 2008 et 4 milliards de plus qu'en 2007. De plus, l'endettement d'EDF a explosé ces dernières années (24,5 milliards d'euros à fin 2008 contre 16,3 milliards à fin 2007) avec une série d'acquisitions plus ou moins malheureuses à l'étranger (British Energy, Constellation,...).

En définitive, s'il paraît sensé de penser que le tarif régulé doit tenir compte de nombreux paramètres tels que l'inflation ou l'investissement notamment, je trouve indescent de vouloir augmenter dans cette proportion les prix en plein marasme économique. Et ce d'autant plus que la société EDF vient de faire appel aux particuliers pour obtenir des capitaux après une politique d'achat à l'étranger que l'on peut qualifier de hasardeuse...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean-Michel 09/07/2009 16:43

Hé oui, encore une fois un management fait des erreurs et tentent de faire payer celles-ci par des utilisateurs, des citoyens, des lambdas de la France d'en bas et préserve ses actionnaires.... Et en l'ocurence caresse dans le sens du poil ceux qui ont les moyens d'investir de façon conséquente dans un emprunt qui rapporte très bien. Car si vous avez souscrit pour 2 ou 3 obligations, vous ne gagnerez pas de quoi faire la fête!....

Raphaël DIDIER 10/07/2009 10:36


C'est malheureusement vrai...


Archives