Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 11:07

 

 

Aujourd'hui, nous allons nous intéresser aux emplois créés en 2016 chiffres que le gouvernement a beaucoup mis en avant pour nous assurer que la reprise était là. Mais à l'instar des dépenses publiques, de l'exceptionnel équilibre du budget de la Sécurité sociale et du revenu universel, le diable se cache dans les détails !

 

Les créations d'emplois en France en 2016

 

Selon l'INSEE, 2016 fut un grand millésime en matière de création nette de postes (pour agrandir, clique-droit sur l'image et choisissez "afficher l'image") :

 

 

[ Source : INSEE ]

 

Il n'en fallait évidemment pas plus pour les observateurs patentés déclarent que la reprise était là et que le chômage allait baisser de façon durable. Sauf que...

 

Peu d'emplois industriels mais surtout des emplois peu sophistiqués

 

Les 187 200 créations nettes d'emplois répertoriées par l'INSEE se répartissent sectoriellement ainsi :

 

 

[ Source : INSEE ]

 

L'industrie et la construction continuent donc à détruire plus d'emplois qu'elles n'en créent, ce qui est une très mauvaise nouvelle pour les salaires et la productivité, puisque c'est dans le secteur industriel que l'on trouve traditionnellement les gisements de gains de productivité et partant de hausse de rémunération. Pire, l'emploi dans le secteur tertiaire est largement une conséquence de la hausse de l'emploi intérimaire, qui est loin de constituer la panacée pour les travailleurs (euphémisme).

 

Enfin, si l'on appelle services domestiques peu sophistiqués l'ensemble constitué de la distribution, des services à la personne, des hôtels-restaurants et des transports (n'y voyez aucune connotation péjorative), alors l'évolution suivante est inquiétante à plus d'un titre :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

En effet, cela signifie que la France crée pour l'essentiel des emplois peu productifs, où la précarité le dispute souvent à la stagnation des carrières.

 

Des emplois flexibilisés à l'extrême

 

Il faut bien comprendre que ce n'est pas le surplus de demande engendré par l'alignement temporaire des planètes (dépréciation de l’Euro, niveau très bas des taux d’intérêt et baisse importante des prix du pétrole) qui a conduit à des créations d'emplois, puisque la production ne s'est pas vraiment relevée et que ce sont hélas les importations qui ont répondu à la demande. De plus, l'explication qui fait du redressement des marges bénéficiaires des entreprises à la faveur du CICE la cause principale de création d'emplois en 2016 est à rejeter, car si les marges ont augmenté dans l'industrie cette dernière continue néanmoins à détruire des emplois comme nous l'avons vu plus haut.

 

Je crains plutôt que ce ne soit la flexibilisation à outrance du travail qui explique ces créations nettes. Plusieurs éléments nous permettent de tirer cette conclusion. Tout d'abord, nous avons vu que l'essentiel des emplois créés proviennent de l'intérim. De plus, ils sont très (trop ?) souvent peu sophistiqués. Enfin, ils prennent la forme de contrats très courts, puisque selon la DARES, 86 % des nouveaux contrats de travail signés en 2016 sont en CDD. Quant à la durée moyenne des missions d'intérim, elle signe depuis longtemps le retour aux manouvriers du XIXe siècle :

 

 

[ Source : DARES ]

 

L'ubérisation du travail n'est donc que l'ultime avatar d'une flexibilisation à outrance du travail que l'on subit depuis plusieurs années déjà. Or, je crains fort que l'économie numérique n'aggrave la bipolarisation du marché de l'emploi, avec d'un côté une faible proportion d'emplois très qualifiés et de l'autre une immense majorité d'emplois peu ou pas qualifiés (services à la personne, distribution, etc.). Les inégalités de revenus n'en seront qu'encore plus exacerbées, tout comme les conflits sociaux qui en résulteront !

 

Et pourtant, Emmanuel Macron se persuade (et cherche à persuader les autres) qu'un tel modèle constitue un avenir radieux et que la start-up, qu'on me permette de dire jeune pousse, est le seul lieu où le progrès technique trouve sa source ce qui permet également l'épanouissement pour un jeune dont le rêve ne peut être autre chose que de devenir milliardaire... C'est oublier d'une part un peu vite les conditions déplorables de travail qui règnent assez souvent dans les start-up et la réalité de l'innovation plus incrémentale que disruptive !

 

En définitive, les admirateurs du dieu Schumpeter (innovation, quand tu nous tiens...) devront constater que l'évolution actuelle - déformation de la structure des emplois vers des emplois moins productifs et donc baisse de la productivité globale - ne laisse pas présager des jours meilleurs pour les salariés. Et si tout simplement, les travailleurs n'étaient déjà plus la priorité des politiques, tout obnubilés qu'ils sont par la compétitivité, la croissance et autres indicateurs qui négligent l'Homme ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JMB 05/04/2017 13:33

Hé oui, personne n'ose trop l'évoquer surtout chez nos politiques, mais notre situation se dégrade car nous échangeons des CDI de 35h00 au-dessus du smic avec des perspectives de carrière, de promotions dans l'industrie, contre des CDDs ou des emplois précaires, à temps partiel et payés au SMIC (et encore, parce-qu'on ne peut pas les payer moins!!!) sans aucune perspective d'évolution dans les services.
Et on se réjouit que la situation de l'emploi s'améliore, ou au moins ne se dégrade plus alors qu'en réalité on compte en nombre d'emplois uniquement et non en équivalents temps-plein et sans considération de la "qualité" de l'emploi qui fera toute la différence en matière de pouvoir d'achat, de qualité de vie et ne pèsera pas de la même façon dans la richesse du pays et son PIB au final.....

De l'art d'endormir (ou d'enfumer) les masses laborieuse et citoyennes......

Raphaël DIDIER 06/04/2017 12:44

Le constat est terrible !

Archives