Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 12:25

 

 

Depuis le Brexit et surtout l'élection de Donald Trump, nous sommes entrés dans un monde dominé par l'incertitude. Or, qui dit incertitude dit pression sur les taux d'intérêt et possible dégradation de la solvabilité des États membres de la zone euro. Ce billet va donc examiner quels sont les risques qu'une telle hausse des taux d'intérêt ferait courir aux finances publiques des pays européens.

 

Une hausse des taux d'intérêt prévue des deux côtés de l'Atlantique

 

En dehors du séisme politique Trump et de l'incertitude qu'il a fait naître, une hausse des taux d'intérêt, déjà partiellement visible, peut être anticipée pour plusieurs raisons économiques.

 

 

[ Source : Boursorama.com ]

 

Tout d'abord, aux États-Unis la relance voulue par Trump alors que l'économie se situe au plein-emploi entraînera des tensions inflationnistes sur les salaires qui, cumulées à une hausse probable des prix du pétrole, conduiront à de l'inflation et une hausse des taux d'intérêt à long terme.

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Or, comme les taux d'intérêt à long terme dans la zone euro restent corrélés à ceux des États-Unis, on devrait assister à une hausse des taux longs en Europe. De plus, si les prix du pétrole augmentent, la BCE devra réagir par un resserrement de sa politique monétaire, quand bien même les salaires resteraient à la remorque, puisque son objectif principal est la stabilité des prix liée au taux d'inflation totale.

 

 

[ Source : Boursorama.com ]

 

En particulier, il faudra bien que la Banque centrale européenne mette un jour un terme à l'assouplissement quantitatif (Quantitative easing) sauf à risquer la formation de bulles sur les actifs qu'elle rachète (pour agrandir, clique-droit sur l'image et choisissez "afficher l'image") :

 

 

[ Source : Les Échos

 

Les effets sur la solvabilité des États de la zone euro

 

Au vu des niveaux très élevés de dette publique atteints dans certains États, l'inquiétude sur leur solvabilité est légitime d'autant que la croissance semble être devenue l'Arlésienne des dirigeants politiques !

 

 

[ Source : Eurostat ]

 

Intéressons-nous donc au service de la dette, c'est-à-dire essentiellement aux intérêts payés sur la dette publique. La remontée des taux d'intérêt à long terme devient dangereuse si ces derniers en viennent à dépasser le taux d’intérêt moyen sur l’ensemble du stock de la dette publique, car alors le taux d'intérêt apparent sur la dette publique (=intérêts payés sur la dette publique/dette publique) augmente et pèse sur les finances publiques.

 

Je fais grâce aux lecteurs de tous les graphiques, mais il apparaît à peu près évident que l'Italie aura beaucoup de mal à faire face à une hausse trop importante des taux à long terme dans le contexte actuel de crise, caractérisé par une croissance faible et une extrême fragilité de son système économique et bancaire. Serait-ce le prélude à une nouvelle crise de la zone euro ? À moins que les négociations léonines menées avec la Grèce ne ravivent déjà les tisons de la précédente crise de la dette publique...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives